Aménager des combles sous une charpente

Aménager des combles sous une charpente, un projet qui séduit beaucoup de personnes, propriétaires de maisons désireux d’agrandir l’espace en créant une nouvelle pièce à vivre. Oui mais, qui dit combles, dit respect des règlementations et normes, très strictes sur ce type de chantier.

L'aménagement de combles sous charpente

Il faut dire que l’aménagement de combles n’est pas une mince affaire. Permis de construire, normes électriques, travaux de transformation ou de surélévation de charpente ou encore décaissement, la réalisation de combles sous une charpente est un sacré projet !

 

La réglementation sur l'aménagement des combles

Respect de la réglementation, des normes et travaux d’envergure sont les maîtres-mots de la réalisation de combles.

L’aménagement de combles demande le respect de règles bien définies. D’une part, celui des distances. En effet, si on se base sur les écrits du code civil, réaliser une ouverture sur une toiture implique le respect d’une distance respectueuse du voisinage, à savoir 1,90m en vue de face et 60 cm en vue décalée.

Pour être sûr de ne pas vous tromper, vous pouvez consulter le Plan d’Occupation des Sols (POS) rattaché à votre commune. Il faut également considérer la surface habitable, définie par la hauteur sous plafond. Si la hauteur de votre surface dépasse 1,80 m, vous devrez effectuer des démarches auprès de la mairie de votre ville.

Une déclaration de travaux est obligatoire aussi pour toute création de surface ne dépassant  pas 20 m2. Si votre surface dépasse ce métrage, un permis de construire  est requis et le formulaire devra être rempli en 4 exemplaires en mairie.

Autre règle à respecter, la réalisation d’un plan pour vérifier le calcul de la surface et la coupe d’ensemble de vos futurs combles : mettrez-vous des fenêtres, des velux ?

L'électricité des combles

Les pièces humides, la salle de bains étant l’illustration la plus concrète, sont réglementées par des  contraintes en termes électrique, sécurité oblige !

Si vous décidez d’installer une salle de bains dans vos combles, sachez que les installations électriques doivent être étanches et bien entendu reliées à la terre (fil bicolore, vert/jaune) avec une liaison équipotentielle. A ce sujet, la norme NF 20010 précise la valeur de protection des matériels électriques, marqués (NF) et classés (1 ou 2).

Une autre norme, la très complète NF 15-100, évoque entre autres la notion de volumes, au nombre de 4, dans le cadre de l’installation électrique d’une salle de bains.

  • Le volume 0 est dévolu aux éléments d’eau, baignoire et douche. Bien entendu, les installations électriques y sont proscrites.

  • Le volume 1, situé au-dessus des éléments d’eau, intègre un faible éclairage de 12 V.

  • Le volume 2 permet l’installation d’un éclairage et d’une armoire de toilette intégrant un éclairage, éclairage classé et marqué NF.

  • Enfin, le volume 3 tolère tous les circuits électriques d’éclairage devant être reliés à un disjoncteur différentiel de 30 mA.

Pour en savoir encore plus sur la norme NF 15-100, je vous propose d’aller consulter notre dossier sur l’électricité à la rubrique Electricité domestique, les bases.

Combles habitables ou combles perdus ?

La plupart des combles sont habitables mais d’autres non. On parle alors de combles perdus.

Néanmoins, il est possible de rendre vos combles aménageables en effectuant tout de même quelques transformations à condition d’avoir une hauteur sous plafond de 1,80m au moins sous la charpente et une pente du toit allant au-delà de 30 %.

Si vous ne remplissez pas ces conditions, vos combles seront définitivement perdus cette fois. En général, la cause des combles perdus est directement liée à la conception de la charpente, réalisée en fermette et donc fermant l’espace.

Vos combles sont perdus, trois solutions peuvent les rendre habitables.

Les types de travaux d'aménagement des combles

  • Premier compromis possible pour réaliser des combles, transformer la charpente en revoyant l’intérieur sans intervenir sur la toiture côté extérieur.

  • Un autre compromis est envisageable, la surélévation du toit si la hauteur de sous plafond le permet, ce qui crée un nouvel étage. Il est également possible de rehausser les murs porteurs si ceux-là sont reliés à des chevrons posés sur des pannes et ce entre deux murs.

  • Enfin, la troisième possibilité reste le décaissement (il s’agit d’abaisser le plafond du rez-de-chaussée, terme quelque peu compliqué tout comme sa réalisation). Cette troisième option doit être choisie seulement si vous ne pouvez pas opter pour une surélévation.

BLOC NOTES

Pensez à votre pauvre plancher en vérifiant qu’il soit porteur et stable surtout au moment de l’aménagement des combles, entraînant logiquement un excès de poids.